mercredi 7 novembre 2012

Boo !


Halloween oblige, je pensais faire un billet plus léger tournant autour du thème de la peur en présentant quelques faits insolites à base de gorilles effrayés par des escargots-garou. Sauf que voilà, d'une part je n'ai pas eu le temps de revenir céans pour la veille de la Toussaint ; d'autre part, je suis la fille illégitime de Daria Morgendorfer et de Huey Freeman, ce qui fait que je reste rébarbative même le seul et unique jour de l'année où on peut légitimement jouer à vis ma vie de poney magique. Bref...

Parlons peur, parlons bien. Qu'est-ce qui me flanquerait une pétoche de tous les diables (en dehors des maladies, accidents, incendies, et autres pénuries de Fuyu Pocky? La liste est longue. Pour commencer, un sujet d'angoisse qui me tourne la pine est la piscine, un peu comme quand j'avais 13 ans. Sauf que cette piscine-là n'a qu'un rapport très éloigné avec mes 10.5 de dioptrie, la terreur du poil qui dépasse ou des anglais débarquant avec fracas, au moment ou les menstrues sont encore bien erratiques et qu'on est encore sous l'attrait de leur nouveauté.

Nay, cette fois, je parle de cette piscine-ci. Alors certes, Wikistrike présente souvent une information très orientée, conspirationniste, eschatologique (je n'ai plus qu'à placer « cucurbitacée » dans cet article, et j'aurai atteint mon quota d'expressions à la con pour la semaine), et tout ce qu'on veut. Il leur arrive néanmoins encore plus souvent de présenter des informations crédibles. Non parce qu'après tout quelques milliers de litres de flotte en équilibre sur un bâtiment à moitié détruit; appartenant pour moitié à un consortium yakuza menteur, manipulateur et n'hésitant pas à expédier les pauvres hères ruinés par la crise de 2008 couronnant 20 ans de difficultés économiques se frire les miches à tenter de retarder la catastrophe sous peine de pétage de rotules au pitbull barbelé (ah, on me souffle dans l'oreillette qu'il s'agit en fait de courageux volontaires qui ne seront pas ostracisés jusqu'à la cinquième génération); reposant sur une falaise rabotée de 25m et capables de rayer de la carte tout un hémisphère, le tout dans une des zones les plus méchamment sismiques de la planète, ça a de quoi filer une ou deux insomnies.

Et pendant ce temps, la fuite en avant des Don Quichotte du nucléaire – comme Montebourg il y a quelques mois en France voisine, ou l'UDC par chez nous qui n'en n'est plus à une connerie près – persuadés que comme les hémorroïdes, les catastrophes à protons berserks n'arrivent qu'aux autres. Kucholl et Veillon en ont d'ailleurs fait une analyse hilarante.

Au moins, une autre de mes craintes c'est évacuée sur le coup de 5h37 ce matin : actualité oblige, il s'agit naturellement du rejet de Mitt Romney.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire