mardi 18 décembre 2012

Quand j'étais petite, j'étais très con finalement


Quand j'étais petite, comme tous les enfants, j'étais très con. Il y a d'abord eu ces histoires de Petite Souris et de Père Noël que j'avais gobé comme un banana split pendant quelques années. Il y a eu des heures à crier à Tam Chamade que l'Inspecteur Odile Asaya était derrière elle. Il y a eu mes projets de mariage divers et variés, de Shiryu à Julien Lepers (j'avais déjà un petit faible pour les intellos). Je voulais vivre plein d'aventures, adopter un dragon pour m'aider à combattre les méchants et les princesses débiles qui se faisaient attraper à qui mieux mieux – même si quelques spécimens particulièrement gourdasses tenaient le rôle principal de mes histoires préférées.

Quand j'étais petite, je ne comprenais pas que Charlie Chaplin et Charlot était la même personne. Même en ayant brièvement croisé la route d'une des membres de sa prolifique tribu, j'ai mis du temps avant de comprendre que Charlot Kolmes n'était pas le jumeau maléfique du grand homme, mais bien le fin limier sorti de l'imagination de Sir Arthur Conan Doyle. Sherlock Holmes, donc.

Quand j'étais petite, j'abusais des contes de fées. De Delphine à Marinette, en passant par les versions les plus gore du Petit Chaperon Rouge, un méchant récurrent me terrifiait : le Grand Méchant Loup. Or, à la nuit tombée, depuis la fenêtre de ma chambre d'enfant, j'avais une vue imprenable sur une éminence, que seule la politesse pouvait qualifier de mont. Tout enfant de moins de 8 ans étant un Stephen King en puissance, ma version de la haute colline devenait territoire des loups, et ces petits points lumineux, éclairage public et autres phares de voitures, n'étaient autres, selon mon imagination, que leurs yeux chassieux attendant mon sommeil pour me dévorer en me disloquant membre après membre. Il fallut que ma Mère-Grand inventa l'histoire du Grand Gentil Loup qui veillait sur moi pour me protéger pour que mes nuits (et les siennes) deviennent un peu plus calmes.

Quand j'étais petite, je croyais qu'on mettait sur ses frites des tomates au ketchup. Je trouvais cela bien stupide, car le ketchup était déjà très bon comme cela, sans adjonction de tomates.

Quand j'étais petite, je me demandais ce qu'était un pstré, et ce que ces choses étranges pouvaient avoir de si terrible. Ce devait être gravissime, car les grandes personnes parlaient toujours d'art à pstré d'un air dédaigneux.

Quand j'étais petite, je croyais qu'en montant au sommet d'une montagne, le soleil  serait si proche qu'un adulte pourrait le toucher en sautant suffisamment haut.


Quand j'étais petite, je croyais que j'allais être aveugle à 16 ans, à force de prendre un point de dioptrie par an. Cela m'est venu quand nous avons visité l'hôpital de la vue avec les Petites Flammes (ouais j'ai fait du scoutisme, non je ne sais toujours pas faire un nœud  ailleurs que dans mes cheveux, car on faisait plus de prières que de trucs sympas) : notre guide nous avait expliqué qu'on était considéré malvoyant à partir de 16 de dioptrie. Du coup, je me suis empiffrée de carottes, préférant ce traitement inhumain à l'apprentissage du braille (je n'avais aucune envie de renoncer à Léonard ou à Astérix). Eh bien, le carotène donne peut-être bonne mine, mais ses supposés bienfaits pour la vue dont on rebat les oreilles des chtites nenfants, c'est de la chitte en boule : c'est même le meilleur moyen d'avoir des enfants miro ET réfractaires à l'Axe de la Carotte.

En fait, quand j'étais petite, j'avalais tout ce qu'on me racontait. J'aurais été la meilleure amie idéale de Michael Jackson.


2 commentaires:

  1. Qu'on est crédule quand on est petit!

    Je me souviens très bien de ce pstré, tu m'avais fait rire pendant bien longtemps quand tu nous l'avais raconté. Le coup du Grand Méchant Loup est pas mal non plus. Moi, c'était un monstre qui hurlait et frappait sur les volets de la salle à manger. En vrai, c'était juste le vent et la pluie...

    RépondreSupprimer
  2. le vent j'ai toujours adoré - parce que dans les contes, c'était souvent le début d'une aventure - mais je vois tout à fait pourquoi ca peut faire penser à un monstre

    RépondreSupprimer